7 mai 2024

Comment l’innovation urbaine s’inspire du vivant : découvrir l’architecture biomimétique


N’avez-vous jamais été émerveillé par l’organisation presque mathématique de la nature ?

Des colonies de fourmis hyperstructurées aux plantes qui développent de nouvelles caractéristiques pour s’adapter à leur environnement, la nature est pleine d’enseignements qui inspirent les innovateurs au quotidien.

C’est notamment le cas en urbanisme où l’architecture biomimétique s’appuie sur les formes, les processus et les systèmes observés dans les écosystèmes naturels, pour créer des espaces harmonieux et durables.

L’architecture biomimétique dépasse la simple construction de bâtiments pour englober la manière dont les villes entières sont planifiées.

Dans un contexte où les défis environnementaux, sociaux et économiques se multiplient, l’innovation en architecture et pour l’urbanisme revêt une importance cruciale. La démographie croissante, le dérèglement climatique et la nécessité de préserver les ressources naturelles sont autant de problématiques qui poussent à refondre nos pratiques de construction et de développement urbain.

L’architecture biomimétique offre alors une voie prometteuse pour répondre à ces défis en imaginant et en créant des environnements durables, résilients et esthétiquement agréables.

Principes, avantages mais aussi contraintes et opportunités, découvrez dans cet article tout ce que vous devez savoir sur le biomimétisme et son application en urbanisme et au-delà.

 

 

Qu’est-ce que la biomimétique ?

 

Définition de l’innovation biomimétique

L’innovation biomimétique trouve son origine dans les profondeurs de la nature, où chaque forme, chaque processus, chaque interaction révèle un savoir ancestral.

L’Organisation internationale de normalisation (ISO) définit le biomimétisme comme étant une « philosophie et des approches conceptuelles interdisciplinaires prenant pour modèle la nature afin de relever les défis du développement durable ».

Au cœur de cette approche, l’architecture et l’urbanisme sont des secteurs qui utilisent le biomimétisme pour résoudre les problématiques complexes liées au développement durable des villes.

 

Les principes de l’architecture biomimétique

Explorer les principes de l’innovation biomimétique, c’est comprendre comment la nature a résolu des défis complexes avec une élégance et une efficacité incomparables. Des structures osseuses des coraux aux algorithmes de croissance des plantes, chaque élément offre des informations précieuses pour les architectes en quête d’inspiration.

Ils peuvent ainsi puiser dans la géométrie fractale des fleurs, dans la structure autoportante des arbres, dans les mécanismes d’auto-réparation des écosystèmes, pour façonner leurs conceptions et les nouveaux espaces urbains.

L’adaptation, la modularité, la diversité fonctionnelle deviennent ainsi des guides d’innovation et d’un meilleur respect des écosystèmes. Des systèmes de ventilation biomimétiques aux matériaux innovants inspirés de la nature, chaque élément est conçu pour minimiser l’empreinte écologique tout en maximisant le bien-être des occupants. L’efficacité énergétique devient une seconde nature et la résilience face aux changements climatiques devient une priorité absolue.

Ainsi, les principes de l’architecture biomimétique ne sont pas simplement des théories abstraites, mais des manifestes pour un avenir pérenne entre l’homme et la nature.

 

Les promesses de l’innovation biomimétique pour l’urbanisme

 

L’architecture biomimétique incarne un changement de paradigme fondamental dans la façon dont nous concevons et habitons nos villes. Au cœur de cette transformation résident des avantages écologiques majeurs qui redéfinissent notre rapport avec l’environnement bâti et naturel.

 

L’innovation au service de la ville durable

Sur le plan écologique, l’architecture biomimétique ouvre des perspectives dans la lutte contre les changements climatiques. En réduisant l’empreinte carbone des bâtiments et des infrastructures urbaines, cette approche contribue à atténuer les effets de la pollution et de la surconsommation d’énergie.

Par le biais de techniques telles que la conception passive, l’utilisation de matériaux durables et la gestion intelligente des ressources, les projets inspirés du vivant s’inscrivent dans une démarche de préservation de l’équilibre écologique des écosystèmes.

De plus, en prenant exemple sur les schémas et les processus observés dans la nature, les architectes et urbanistes parviennent à concevoir des structures et des aménagements qui se fondent naturellement dans leur environnement. Cette approche favorise la biodiversité, préserve les écosystèmes locaux et crée des espaces de vie agréables.

Les avantages de l’architecture biomimétique en urbanisme sont multiples et tangibles, ouvrant la voie à des villes plus durables et résilientes.

 

Partons explorer des exemples concrets d’architectures biomimétiques

Nous vous proposons de découvrir quelques exemples remarquables de projets innovants qui repoussent les limites de la conception urbaine.

 

Singapour, des toits verts pour faire respirer la ville

Un exemple emblématique est celui de la ville de Singapour, souvent citée comme pionnière dans l’adoption de principes biomimétiques pour ses constructions. Cette métropole dense et dynamique a intégré des solutions inspirées de la nature à différents niveaux de sa planification urbaine.

Des toits verts qui réduisent l’effet d’îlot de chaleur aux systèmes de récupération des eaux de pluie inspirés des cycles naturels, Singapour démontre comment une approche holistique peut transformer une ville en un écosystème urbain durable et accueillant. Le pays indique d’ailleurs qu’il souhaite que 80% de ses bâtiments soient “verts” à l’aube de 2030.

 

Singapour, des toits verts pour faire respirer la ville

Milan, replacer la biodiversité au cœur de la ville

Un autre exemple fascinant est celui du parc Bosco Verticale à Milan, en Italie. Conçu par l’architecte Stefano Boeri, ce complexe résidentiel permet de donner une place à la biodiversité urbaine. Ses tours jumelles sont recouvertes de milliers de plantes et d’arbres, créant ainsi une forêt verticale en plein cœur de la ville.

Outre son attrait esthétique indéniable, le Bosco Verticale contribue à améliorer la qualité de l’air, à réduire la pollution sonore et à favoriser la biodiversité.

 

Milan, replacer la biodiversité au cœur de la ville

Fribourg, transformer un quartier en espace de vie durable

Le projet de régénération urbaine du quartier Vauban à Fribourg, en Allemagne, mérite également d’être mentionné. Ce quartier, autrefois une caserne militaire, a été transformé en un modèle de durabilité et de convivialité.

En favorisant la marche et le vélo, en intégrant des espaces verts et des maisons positives, Vauban illustre comment une approche centrée sur les besoins des habitants et respectueuse de l’environnement peut transformer une zone militaire désaffectée en un lieu de vie agréable.

 

Fribourg, transformer un quartier en espace de vie durable

 

Montpellier, s’inspirer du vivant pour redynamiser un quartier

Enfin, Myriagone étant installé à Montpellier, nous nous devions de mentionner l’Arbre Blanc. Il s’agit d’un exemple notable d’architecture contemporaine inspirée du vivant. Conçu par l’architecte japonais Sou Fujimoto, en collaboration avec l’agence d’architecture française Manal Rachdi OXO, l’Arbre Blanc est une tour résidentielle atypique.

Ce projet tire son inspiration de la silhouette gracieuse et organique d’un arbre, avec ses branches qui s’étendent dans toutes les directions. L’Arbre Blanc se distingue par ses balcons en cascades qui évoquent les feuilles d’un arbre, offrant à ses résidents une vue panoramique sur la ville.

Outre son esthétique impressionnante, l’Arbre Blanc intègre également des concepts de durabilité et d’efficacité énergétique. Ses façades sont équipées de panneaux photovoltaïques qui captent l’énergie solaire, contribuant ainsi à réduire la consommation d’énergie de la tour. De plus, ses espaces de vie sont conçus pour favoriser la ventilation naturelle et la luminosité, réduisant ainsi la dépendance aux systèmes de climatisation et d’éclairage artificiel.

 

Montpellier, s’inspirer du vivant pour redynamiser un quartier

Mais l’impact de l’Arbre Blanc va au-delà de sa fonctionnalité et de son design. En tant que symbole architectural emblématique, il a contribué à revitaliser le quartier Port Marianne de Montpellier. Sa présence a également stimulé la discussion sur l’avenir de l’urbanisme à Montpellier. Cela a encouragé d’autres architectes et urbanistes à repenser la façon dont les villes peuvent intégrer l’innovation et la biodiversité dans leurs conceptions.

Le saviez-vous ? Chaque année la fondation Jacques Rougerie récompense les projets d’architecture et d’innovation biomimétiques.

 

Les défis et opportunités de l’architecture biomimétique

Au-delà de ces prouesses architecturales, l’architecture biomimétique est confrontée à une série de défis complexes.

 

1- Concrétiser les projets innovants en dépit des contraintes

L’un des principaux défis réside dans la traduction des concepts biomimétiques en solutions pratiques et applicables. Si l’inspiration tirée de la nature offre pléthore d’idées innovantes, leur utilisation dans des projets urbains concrets nécessite souvent des adaptations et des compromis.

Les contraintes réglementaires, les limites budgétaires et les exigences des parties prenantes peuvent parfois entraver la pleine expression des principes biomimétiques, obligeant les concepteurs à trouver un équilibre entre vision et faisabilité.

 

2- La difficile transformation des pratiques et usages

Par ailleurs, la mise en œuvre de l’architecture inspirée du vivant exige une transformation profonde des pratiques et des mentalités au sein de l’industrie de la construction.

De la formation des professionnels à l’adoption de nouvelles normes et standards, en passant par la disponibilité de matériaux et de technologies adaptés, de nombreux obstacles doivent être surmontés pour intégrer ces principes dans les nouvelles conceptions et constructions.

Myriagone Conseil accompagne les organisations dans leur transformation pour s’adapter aux nouvelles exigences et usages de leur secteur.

 

3- Émergence de nouvelles solutions vertueuses

Au-delà de ces défis, on observe de nombreuses opportunités d’innovation et de progrès issues de la démarche biomimétique appliquée à l’urbanisme.

En effet, elle ouvre la voie à des solutions plus résilientes, plus inclusives et plus durables pour les villes du futur, en soulignant l’importance cruciale de la collaboration multidisciplinaire. Pour relever les défis complexes auxquels sont confrontées nos sociétés urbaines, il est essentiel que les architectes, les urbanistes, les biologistes, les ingénieurs et d’autres experts travaillent conjointement.

En favorisant l’échange de connaissances, la co-création et la recherche interdisciplinaire, cette collaboration permet de catalyser l’innovation et de maximiser l’impact positif de l’architecture biomimétique sur nos villes.

 

Ainsi, bien que les défis soient nombreux, les opportunités offertes par l’architecture biomimétique en urbanisme sont tout aussi vastes.

Transformer les pratiques, aligner autour de nouveaux usages.

Que l’on parle de la ville du futur ou de l’entreprise du futur, la co-construction est la clé.

Abonnez vous à l'Atelier des Dirigeants

À retenir sur l’innovation biomimétique

Nous avons exploré pour vous les principes et les implications de l’architecture et de l’urbanisme inspirés du vivant, mettant en lumière leur potentiel transformationnel dans la création de villes durables et résilientes.

De Singapour à Milan, en passant par Montpellier, nous avons vu les avantages écologiques, économiques et sociaux de l’architecture biomimétique. Ces projets démontrent combien une conception attentive à la nature peut transformer les villes en des habitats plus sains et plus agréables à vivre.

Parce qu’innover c’est aussi défricher, il existe des défis à relever, notamment la traduction des concepts biomimétiques en solutions pratiques et l’adoption généralisée de ces principes par l’industrie de la construction. Pour surmonter ces obstacles, il est essentiel que les professionnels de l’architecture, de l’urbanisme, de la biologie et d’autres disciplines collaborent étroitement pour innover et partager leurs connaissances.

 

Et dans les entreprises, comment intégrer l’innovation biomimétique ?

De manière similaire, les entreprises peuvent adopter les caractéristiques des systèmes vivants pour créer des outils et méthodes et ainsi se développer.

Comme les organismes apprenants, les entreprises doivent s’adapter à leur environnement en permanence :

  • La modularité permet une croissance flexible.
  • La résilience assure la survie face aux défis.
  • L’adaptabilité favorise l’évolution.
  • Être multifonctionnel assure une efficacité maximale.

En combinant les caractéristiques du vivant, les entreprises peuvent elles aussi, développer des stratégies durables, s’adaptant aux changements et apprenant de leur environnement pour assurer leur pérennité.

 

Consulter la bibliographie de l’article.

Partager cet article

Auteur(s)
Cyndie Poulin
Cyndie Poulin
Consultante en stratégie et innovation
Amélie Thézard - assistante communication et marketing
Amélie Thézard
Assistante communication et marketing

Le Best-of de Myriagone

Découvrez les trois articles les plus lus de l'Atelier

Comment créer un processus d’innovation efficient ?

Lire

Le cahier de laboratoire, atout des entreprises innovantes

Lire

Une nouvelle norme Afnor pour accompagner les acteurs de l’innovation

Lire

Explorez l'innovation !

Chaque mois, un professionnel de l'innovation vous fait découvrir son territoire d'innovation et vous livre ses conseils pratiques.
Écouter le podcast
Demandez l'Atelier !

Chargement

Actualités