25 juin 2020

Innovation en entreprise, et si vous preniez votre temps ?


Rien ne sert de courir : il faut savoir prendre son temps pour innover, ce serait un peu la morale de cet article. Mais ne mettons pas la charrue avant les bœufs et partons d’un constat.

Un simple coup d’œil aux nombreux articles sur l’innovation et vous en conviendrez : il y est toujours question du temps. Du manque de temps et de la pression du temps. Accélérateurs, hackathons : les dispositifs pour augmenter le rythme de l’innovation sont légion. De son côté, la « course à l’innovation » semble en passe de devenir une discipline olympique.

Motivée par la concurrence rude, cette pression du temps n’a pas que des effets positifs sur l’innovation.  Innover à toute allure c’est prendre le risque de faire la décoration de votre maison avant d’en avoir construit les fondations. Donc, de voir vos murs joliment décorés se fissurer.

La slow innovation se donne justement comme objectif de commencer par penser et par structurer le processus d’innovation. Une phase amont essentielle qui d’inscrire votre capacité à innover dans durée. Nous observons chez nos clients qui prennent le temps de construire leur stratégie d’innovation, une capacité à construire de la valeur ajoutée de façon pérenne.

Parce qu’agir n’est pas s’agiter, voici notre éloge d’une innovation qui se construit dans le temps et non pas contre le temps.

Le risque d’aller trop vite

La course contre la montre est lancée. Dans cette course, une innovation en chasse une autre sans que l’on ait eu le temps de les assimiler. Sitôt connu, sitôt dépassé. Un peu comme pour ce marché des téléphones portables où le nombre de fonctionnalités évolue si vite que la grande majorité passent inaperçues.

Innover à toute allure c’est prendre le risque de l’échec. Impréparation du marché, communication insuffisante ou ratée, produit insuffisamment testé…: les raisons sont multiples. Pourtant toutes ont en commun le manque de temps accordé au projet dans sa phase amont.

Prendre le temps de faire maturer votre idée, de la confronter à différents points de vue sont autant d’étapes nécessaires pour en tirer tout le potentiel. Il arrive fréquemment qu’un nouveau produit ou un nouveau service manque son marché. La rencontre entre une innovation et le marché ne tient pas du hasard, elle est le fruit d’un travail d’exploration et de structuration.

 

Le temps de comprendre : explorer et clarifier son positionnement

Pourquoi voulez-vous innover ?

Vous venez d’avoir une idée de projet ou de service unique. Un rapide coup d’œil sur internet, quelques discussions avec vos proches et vous voici certain-e de votre coup. Après tout, pourquoi pas ?

Pourquoi pas aujourd’hui, mais qu’en sera-t-il demain ? L’un des facteurs principaux du manque d’impact d’une innovation provient du défaut d’étude de son environnement.

La première étape avant de se lancer est d’explorer les raisons et les moyens que vous vous donnez. L’une des premières questions à se poser dans votre processus d’innovation est : pourquoi je veux innover et qu’est-ce que je veux créer ? Demandez-vous quel type d’innovation vous souhaitez générer. S’agira-t-il d’une démarche durable ou plutôt d’un coup marketing ? Enfin, définissez votre cible. Une fois que vous aurez mené cette réflexion, il vous reviendra d’identifier vos ressources en interne et en externe pour mener à bien votre projet.

 

Prendre le temps de réfléchir : la technique du « cercle d’or »

La meilleure marche à suivre est celle du « cercle d’or » de Simon Sinek : demandez-vous pourquoi vous innovez, puis seulement après comment et quoi.  L’innovation lente se nourrit de la réflexion et de l’apprentissage. Parce que ralentir l’innovation en vue d’un travail de fond est un excellent levier pour la pérenniser. A ce sujet, lire Marc Steen et Steven DHONDT, « Slow Innovation », TNO, Netherlands, 2010.

 

Cercle d'or - schéma - Simon Sinek

Ne négligez pas le temps à prendre pour mener cette réflexion. La phase exploratoire doit vous permettre de construire un positionnement clair. Les précieuses heures passées à coucher sur le papier ce que vous avez en tête sont loin d’être perdues. C’est au contraire autant de temps gagné sur l’avenir à sécuriser votre activité.

En fait, tout le paradoxe de la perte de temps se trouve ici : celui que vous pensez avoir perdu, sera revalorisé ensuite.

 

Le temps d’innover : structurer et sécuriser

La deuxième étape est de structurer votre projet pour le rendre viable dans la durée. C’est là qu’intervient la stratégie d’innovation de votre entreprise.

 

« L’innovation lente se concentre sur des changements que vous voyez arriver mais qui n’impacteront probablement pas votre marché immédiatement. »
Sam Ford & Federico Rodriguez Tarditi, « The Benefits of taking a slower approach to innovation », Harvard Business Review

Les piliers de la structuration de l’innovation

Dans cette phase de structuration, la priorité est d’organiser vos forces et vos moyens pour arriver à produire une innovation au bon moment.

Un projet bien défini et bien structuré convaincra plus facilement vos parties prenantes. Dans cette perspective, la mise en place d’une démarche collective, façon co-construction, peut être un atout considérable. Là encore, vous avez peut-être le sentiment à première vue qu’une seule personne avancera plus vite. Mais avancera-t-elle de façon pertinente et pérenne ? Au moment de la structuration de votre stratégie d’innovation, il est nécessaire de vous interroger sur la façon dont vous souhaitez impliquer vos collaborateurs.

Deuxième aspect important : la propriété intellectuelle. Prenez le temps de protéger votre travail en réfléchissant à la meilleure façon de valoriser vos innovations.

 

Sécuriser par la veille scientifique

La prise de recul est un facteur-clé de réussite. Si votre regard est rivé sur votre seul projet innovant, vous passerez à côté de nombreux autres paramètres qui entrent en ligne de compte dans la réussite d’un projet.

Un changement législatif, l’arrivée d’un nouveau concurrent ou d’un nouveau produit sur le marché, une crise climatique ou politique ou encore l’émergence d’une tendance nouvelle : ce sont autant de facteurs à avoir en compte.

Par conséquent, pour sécuriser votre innovation, il est essentiel que votre entreprise mène une veille scientifique efficace. Vous tenez là votre meilleur atout stratégique en matière de détection de signaux faibles.

 

entreprises tour de guet
La posture de la « tour de guet » d’Eric Seuilliet, indispensable à la stratégie d’innovation

Le temps de durer : piloter et capitaliser

Mesurer la performance de l’innovation

Dans cette dernière étape, nous vous encourageons à mesurer la performance de votre processus d’innovation. Il s’agira peut-être ici de comprendre l’écart par rapport à ce qui était prévu et de vous demander si cet écart constitue une opportunité ou une menace. L’objectif est de comprendre et d’analyser votre démarche innovante pour pouvoir, si nécessaire, pivoter.

En réalité, on insiste beaucoup sur la nécessité de regarder devant soi sans jamais penser à ce que peut nous apporter un regard en arrière. Regarder derrière-soi, « s’arrêter et réfléchir » (on se permet d’emprunter l’expression au Monde Diplomatique) c’est capitaliser sur le passé, autant du point de vue des réussites que des erreurs.

 

Écrivez votre carnet de route de l’innovation

Tout ce que vous avez appris sur la route de l’innovation constitue un levier de création de valeur-ajoutée. Pour cela, il est indispensable de veiller à la traçabilité de votre projet.

Gardez une trace de tout (idées, hésitations, échanges, etc) et prenez le temps de regarder votre carnet de voyage de l’innovation pour voir ce que vous avez appris et ce que vous pouvez en tirer. Un peu comme un cahier de laboratoire, nous vous invitons à construire votre cheminement.

cahier de laboratoire Louis Pasteur
Extrait du cahier de laboratoire de Louis Pasteur, in Gallica.bnf.fr, Papiers. I — REGISTRES DE LABORATOIRE ET CAHIERS DIVERS. I-CVI

Alors que la période post-covid19 nous invite à repartir dans une course effrénée, rassurons les entreprises : vous pouvez miser sur la slow innovation. Parce qu’un process d’innovation que l’on prend le temps de penser et de structurer est un process qui ira loin. Et pour longtemps.

Notre conclusion est donc avant tout une recommandation : consacrez votre temps au fond. Au sens des fondements et des fondations. On vous le disait en introduction : il faut innover à point nommé. Ce qui suppose de comprendre et de construire son processus d’innovation avant de passer à l’action.

 

Myriagone Conseil accompagne les entreprises dans la structuration de leur processus d’innovation. Découvrez-en plus sur notre expertise en matière de conseil en stratégie d’innovation.

Aline Roche-Noury
Partager cet article

L’Atelier directement dans votre boîte mail! Chaque trimestre, Myriagone Conseil vous propose le meilleur de son Atelier de l’Innovation sous la forme d’une newsletter. Inscrivez-vous!

Actualités